Construction de maison : tenir compte des enjeux environnementaux

L’habitat a un très important impact sur l’environnement. En France, selon les chiffres officiels, le secteur du bâtiment est responsable de la consommation de 44 % d’énergie produite et du rejet de 25 % de CO2 dans la nature. Conscients de l’urgence climatique, les pouvoirs publics ont institué des réglementations pour encadrer l’érection de bâtiments sur le territoire. Le but n’est pas d’interdire dans l’immédiat les matériaux traditionnellement utilisés pour la construction. Il s’agit plutôt d’entamer la transformation du parc immobilier afin de le rendre plus écologique dans les prochaines années. Alors, pour la construction de votre maison, vous devez veiller aux enjeux environnementaux. Voici un article qui pourrait éclairer votre lanterne à ce propos !

Construction : comprendre la réglementation environnementale 2020

La réglementation environnementale 2020 (RE 2020) est la suite logique de la réglementation thermique 2012 (RT 2012). Elle est entrée en vigueur le 1er janvier 2022 et s’impose à toute nouvelle construction. Avant de lancer votre projet d’édification de votre habitation, assurez-vous de savoir l’essentiel sur la RE 2020.

L’objectif de la RE 2020

La RE 2020 est née de la volonté de l’État français d’engager une dynamique de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est l’une des mesures censées favoriser l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050. La RE 2020 est décrétée afin d’agir dans le secteur immobilier pour diminuer la consommation d’énergie des bâtiments. Toutefois, elle veille à garantir le confort à l’intérieur.

Selon les pouvoirs publics, la RT 2012 a permis d’alléger un tant soit peu l’environnement du poids de l’immobilier. L’objectif de la RE 2020 est de continuer sur cette lancée, en répondant à plus d’exigences pour moins de pollution. Il faut souligner que cette réglementation ne concerne pas uniquement les maisons, mais plutôt toutes les constructions.

En revanche, la date de sa mise en vigueur est fixée au 1er janvier 2023 pour certains bâtiments. Il s’agit des habitations d’une superficie de moins de 50 m², des extensions de maison ne dépassant pas 150 m², les habitations légères de loisirs, etc. Quelle que soit l’envergure de votre projet de construction de maison, vous devrez forcément le réaliser dans le respect de la RE 2020.

Les priorités de la RE 2020

La réglementation thermique 2020 engage aussi bien les futurs propriétaires que les constructeurs. L’accompagnement d’une entreprise de construction qui maîtrise le cadre réglementaire est essentiel pour réussir une nouvelle construction. Notez que la RE 2020 a trois principales priorités auxquelles doivent satisfaire un bâtiment dont le permis de construire est demandé à partir de 2022. La priorité est d’améliorer les performances énergétiques des nouvelles constructions en vue de faire baisser leur consommation en énergie.

Vous pouvez lire aussi :   Comprendre les ponts à poutres : types, matériaux et méthodes de construction

De ce point de vue, la RE 2020 met l’accent sur l’efficacité de l’isolation, indépendamment du mode de chauffage utilisé. La deuxième priorité est d’amoindrir les effets du parc immobilier neuf sur le climat. En la matière, les émissions de CO2 sont évaluées sur l’ensemble du cycle de vie des bâtiments. Cela signifie qu’aussi bien la performance énergétique des matériaux de construction que celle des équipements d’exploitation sont pris en compte.

La troisième priorité de la RE 2020, c’est la construction de bâtiments répondant aux contraintes climatiques actuelles. Les nouvelles constructions sont donc censées offrir d’agréables conditions de vie et de travail en misant en grande partie sur les ressources renouvelables. Vous avez toutes les chances de répondre à ces priorités avec un constructeur de maison respectueux de la réglementation.

réglementation environnementale 2020

RE 2020 : les indicateurs de performance

La RE 2020 comporte des exigences en matière de performance thermique et environnementale. Elle comprend des indicateurs à partir desquels les bâtiments doivent être évalués. Certains indicateurs sont inspirés de la RT 2012 et d’autres sont tout à fait nouveaux. Il y a entre autres :

  • le Bbio (Besoin bioclimatique),
  • le DH (Degré Heure),
  • le Cep (Consommation d’énergie primaire) et le Cep, nr (Consommation d’énergie primaire non renouvelable),
  • l’ICénergie,
  • l’ICcomposant…

Le Bbio permet de savoir la part d’énergie renouvelable qu’il faudra pour alimenter un bâtiment et éviter la surconsommation. Quant au DH, cela indique la durée ainsi que l’intensité des moments d’inconfort dans une construction sur un an. Le Cep et le Cep, nr permettent d’avoir des données chiffrées sur la consommation d’énergie totale d’une part et la consommation d’énergie non renouvelable d’autre part.

En ce qui concerne l’ICénergie, c’est un indicateur des émissions de dioxyde de carbone dues à la consommation d’énergie d’une construction. Pour sa part, l’ICcomposant représente l’impact carbone des éléments qui constituent le bâtiment. Une ACV (Analyse de Cycle de Vie) est nécessaire pour calculer la valeur de cet indicateur.

Amélioration de la performance énergétique : une priorité pour les nouvelles constructions

Si vous avez un projet de construction de maison, vous devez faire attention au volet de la performance énergétique. Vos choix doivent être effectués dans le but d’avoir une habitation qui contribuera à l’atténuation de l’impact environnemental du secteur du bâtiment.

La prise en compte de la performance énergétique dès la conception du projet

La performance énergétique étant au cœur des enjeux environnementaux, elle doit être placée au centre de votre projet de construction. Pour cela, commencez par sélectionner les entreprises de construction qui s’inscrivent dans une démarche de réduction de l’empreinte carbone.

De plus en plus de constructeurs de maisons individuelles ont l’expertise dans la construction de maison bioclimatique ou tout simplement à haute efficacité énergétique. Avec l’accompagnement d’un tel spécialiste, la conception de votre construction se fera selon les exigences et recommandations de la RE 2020. Du plan de la maison au choix des matériaux, tout devra être pensé en vue de la performance énergétique.

Vous pouvez lire aussi :   Comment poser son bardage extérieur ?

La valorisation des matériaux biosourcés

Ces dernières décennies, le secteur du bâtiment a beaucoup évolué et les constructions se sont faites encore plus imposantes. Ciment, fer, acier, gravions, aluminium, béton préfabriqué, bitume… Voilà des matériaux qui confèrent une solidité remarquable aux constructions. Cependant, ils sont énergivores et contribuent au réchauffement climatique qui bat de tristes records. Les enjeux environnementaux sont tels qu’il n’est pas opportun de continuer à utiliser abondamment ces matières.

matériaux biosourcés

La réglementation environnementale recommande les matériaux biosourcés pour les nouvelles constructions. Il s’agit de matériaux biodégradables et dont la fabrication n’a pas nécessité une forte consommation d’énergie. En fin de vie d’un bâtiment en matériaux biosourcés, les déchets et les émissions de gaz à effet de serre générés sont peu importants. Dans cette catégorie d’intrants de construction, nous avons le bois, la paille, les fibres végétales, l’argile, le béton végétal, le liège, etc.

La nécessité de maîtriser la consommation d’énergie

Afin d’améliorer la performance énergétique d’une nouvelle construction, il est capital de maîtriser sa consommation d’énergie. Il faut remarquer que de grosses quantités d’énergie sont régulièrement consommées lors de la phase d’exploitation d’un bâtiment. Or, pour le confort à l’intérieur, vous ne pouvez pas vous passer de l’énergie. Cependant, vous avez la possibilité de maîtriser votre consommation en faisant les choix et en installant les équipements adéquats.

Par exemple, vous pouvez combiner énergies traditionnelles et énergies renouvelables pour couvrir les besoins énergétiques. L’installation d’une pompe à chaleur ou d’un poêle à granulés de bois est une solution intéressante pour un chauffage écologique. La création d’un puits de lumière ou de fenêtres de toit est aussi à envisager pour réduire la consommation d’énergie. Cela permettra de profiter, en journée, de l’éclairage naturel dans les pièces qui ne sont pas ouvertes sur l’extérieur.

L’amélioration de l’efficacité énergétique grâce à l’isolation

L’isolation thermique est déterminante dans la performance énergétique d’un bâtiment. Pour la construction de votre maison, veillez à choisir une entreprise d’isolation non seulement compétente, mais aussi engagée dans une logique écologique. Avec des spécialistes, vous pourrez éviter les déperditions énergétiques qui obligent le chauffage à consommer plus d’énergie qu’il n’en faut. L’efficacité énergétique d’une maison se trouve optimale lorsque l’isolation de la toiture, des combles, des murs, voire du plancher est bien réalisée. Et l’usage d’isolants écologiques réduira l’empreinte carbone de votre maison.