Isolation sous toiture – Les techniques et ce qu’il faut savoir

La toiture demeure la première source de déperdition énergétique d’une maison. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de l’isoler. Bien que cette solution soit indispensable, il est nécessaire que certaines conditions soient remplies pour qu’elle soit efficace. Entre les différentes techniques, les méthodes d’isolation existantes et les divers matériaux présents sur le marché, il vous faudra faire des choix. Découvrez dans ce guide tout ce que vous devez savoir sur l’isolation sous toiture.

 

Quel est le meilleur isolant pour toiture ?

Vous retrouverez sur le marché plusieurs types d’isolants. Chacun d’eux offre des caractéristiques particulières qui font de lui le meilleur isolant pour isolation toiture.

 

Les isolants d’origine végétale

L’isolant végétal se révèle être le meilleur choix lorsque vous souhaitez avoir une maison totalement écologique. Fabriqué avec moins d’énergie que l’isolant synthétique, il est réputé pour ses performances acoustiques et thermiques. En dehors de cela, les matériaux utilisés pour la conception des isolants végétaux sont dotés de qualités environnementales époustouflantes. Entre les isolants en chanvre, en laine de coton, en liège, en lin et en bois vous ne manquerez pas de matière à faire un choix.

 

Les isolants synthétiques

Plus connus sous l’appellation d’énergie grise, les isolants synthétiques sont issus du pétrole. Ils sont fabriqués à base d’un mélange de composants chimiques, de plastique et de l’eau ou de gaz, parfois. Ils sont extrêmement toxiques aussi bien que pour l’organisme que pour l’environnement. Ceux-ci sont toutefois très efficaces en matière d’isolation thermique, en plus d’être économiques. De manière générale, les isolants synthétiques existant sur le marché sont en polyuréthane et en polystyrène.

 

isolation

 

Les isolants d’origine minérale

Vendus à un tarif relativement bas, les isolants d’origine minérale sont un excellent compromis par rapport aux isolants écologiques ou plastiques. En vous intéressant à cette famille d’isolant, vous trouverez des produits faits avec de l’argile expansée, de la vermiculite, de la laine de roche et de la laine de verre. Par contre, il faut savoir que les isolants en vermiculite et en argile expansée sont extrêmement rares.

 

Quel est le meilleur isolant entre chevrons ?

Vous pouvez vous servir de la majorité des isolants disponibles sur le marché pour isoler votre toiture ou vos combles entre chevrons. Cependant, les matériaux les plus plébiscités pour ce type d’isolation sont les laines végétales, les laines minérales et les isolants synthétiques.

 

La laine minérale

Si vous optez pour les laines minérales, vous aurez le choix entre les isolants en laine de roche ou verre. Conçue à partir de sable siliceux et de verre de récupération, la laine de verre est très coupante et très compacte. En ce qui concerne la laine de roche, elle est fabriquée avec des roches volcaniques telles que le basalte.

Quel que soit l’isolant pour lequel vous opterez entre les deux, vous aurez droit à une matière qui ne pourrit pas et n’attire pas de rongeurs. En revanche, la laine, qu’elle soit de verre ou de roche, se révèle très coûteuse. De plus, elle est très peu écologique, non renouvelable. Aussi, il s’agit d’un matériau qui se tasse dans le temps. Vous devez éviter qu’il (matériau) entre en contact avec votre peau puisqu’il est irritable.

 

La laine végétale

Ici, vous avez la possibilité d’utiliser le lin, le coton, le chanvre, le bois, etc. Le chanvre fait partie des matériaux isolants les plus utilisés pour l’isolation entre chevrons. Provenant de la laine de chanvre, il est particulièrement résistant aux champignons, aux rongeurs et aux insectes. Il peut être utilisé aussi bien pour les travaux de construction que de rénovation. En plus de ne pas être toxique en cas d’incendie, il n’est pas négatif pour la santé. En revanche, il est particulièrement cher et inflammable.

En ce qui concerne le lin, il est un produit de l’agriculture qui est bénéfique pour son utilisateur et pour l’environnement. Réputé pour être un excellent conducteur thermique, le lin a la capacité d’absorber sans être endommagé jusqu’à 10 fois plus d’eau que la laine minérale. Très avantageux, il peut être réutilisé et est inoffensif pour l’organisme, et ce même en cas d’incendie. C’est également un excellent conducteur. Par contre, il est vendu à un tarif très élevé et est inflammable.

Vous pouvez lire aussi :   Comment donner une touche personnalisée à sa cuisine ?

Quant au coton et au bois, ils offrent également chacun une panoplie d’avantages. Ils sont réputés pour leur facilité à être installé et du fait qu’ils ne sont pas négatifs pour la santé. Vous pourrez aussi opter pour la laine de mouton qui est un excellent isolant.

 

Les isolants synthétiques

En plus d’être extrêmement moins chers, les isolants synthétiques offrent une excellente performance thermique. En optant pour ce type d’isolant, il va falloir choisir entre le polystyrène et le polyuréthane.

Le premier est assez compact en raison de ses pores fermés. C’est l’isolant le plus utilisé pour l’isolation intérieure. Bien qu’il soit non périssable, le polystyrène est un matériau non renouvelable et non respirant. Quant au polyuréthane, il présente les mêmes caractéristiques que son homologue. La véritable différence entre les deux se trouve au niveau du prix et de la constitution du produit.

 

Comment choisir l’épaisseur d’isolant à passer ?

Que ce soit pour isoler vos murs ou vos combles, vous devez obligatoirement vous questionner sur l’épaisseur à choisir pour l’isolant. C’est un point très important puisqu’il a un impact considérable sur la surface habitable des pièces isolées. Ainsi, en optant pour un matériau épais, vous ne jouirez pas des mêmes avantages que celui qui a choisi un matériau fin. Pour être sûr de faire un excellent choix, il vous faudra tenir compte d’un certain nombre de critères.

 

isolation toiture

 

La conductivité et la résistance thermique

C’est en fonction de la conductivité et de la résistance thermique que vous désirez avoir que vous devez choisir l’épaisseur de votre isolant. C’est en effet en fonction de l’épaisseur du matériau que le coefficient d’isolation varie.

Au moment de faire votre choix, vous devez comprendre que la résistance thermique représente la difficulté que la chaleur rencontre au moment de traverser le mur. Elle s’exprime en mètre carré kelvin par watt (m2.k/w). Pour l’obtenir, divisez l’épaisseur de l’isolant par la conductivité thermique. Plus la réponse obtenue est élevée, plus le matériau est isolant.

Dans le cas où le résultat sera faible, le matériau pour lequel vous opterez sera conducteur. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de doubler l’épaisseur de l’isolant. Cela permet de multiplier par deux sa résistance thermique et d’augmenter ses performances. En ce qui concerne la conductivité thermique, plus elle est basse, plus le matériau est isolant.

 

La surface à isoler

Le choix de l’épaisseur de l’isolant dépend également de la surface à isoler. En effet, l’épaisseur que vous choisissiez pour isoler la toiture, les murs ou le sol sera différente.

Pour isoler les murs par exemple, deux procédés s’offrent à vous. Il s’agit entre autres de l’isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Quelle que soit la technique utilisée, vous devez opter pour une épaisseur qui varie en fonction du matériau entre 8 et 14 cm. Une épaisseur de 11 à 20 cm est idéale pour isoler des murs élevés.

En ce qui concerne la toiture, il vous faudra atteindre une résistance thermique de 6 pour isoler les combles aménageables ou aménagés. Ce qui équivaut à une épaisseur de 15 à 24 cm en fonction du matériau. Par contre, il est recommandé d’atteindre une résistance thermique de 7 soit une épaisseur de 17,45 à 30 cm pour l’isolation des combles perdus.

Quant au sol, vous bénéficierez d’une bonne résistance thermique en choisissant une épaisseur comprise entre 6,6 et 12 cm en fonction du type d’isolant que vous utiliserez.

 

Le matériau

Il est nécessaire de tenir compte du matériau pour choisir l’épaisseur de votre isolant. Les isolants sont vendus sous plusieurs formes. Dans la majorité des cas, ils sont en plaques semi-rigides ou rigides, en rouleaux, en vrac ou en mousse.

Les rouleaux sont parfaits pour l’isolation toiture, notamment les rampants. Les panneaux rigides sont recommandés pour isoler la toiture et les murs par l’extérieur. Quant aux panneaux semi-rigides, ils sont parfaits pour les cloisons de séparation.

 

Isolation en simple couche d’isolant

L’isolation en simple couche d’isolant est une méthode d’isolation très facile à réaliser. C’est une opération qui consiste en effet à poser de manière transversale les isolants sous les chevrons. Très efficace, il diminue considérablement l’infiltration de l’air sous le toit. En revanche, il ne vous offrira pas une isolation thermique ultra performante.

Vous pouvez lire aussi :   Rénovation : quels travaux faire vous-même ou non ?

En optant pour cette méthode, il est nécessaire de respecter certaines règles.

  • Vous devez prévoir avant la pose des produits isolant une lame d’air de 2 cm.
  • Vous devez choisir un isolant ayant une épaisseur comprise entre 6 et 8 cm afin d’éviter de couvrir la surface habitable.

Pour finir, il faut savoir que ce type d’isolation n’est recommandé que pour les charpentes classiques.

 

Isolation en doubles couches sous rampant

Plus performante que l’isolation en simple couche d’isolant, l’isolation en doubles couches sous rampant prend du temps. Toutefois, elle permet de protéger la surface habitable. Aussi, il vous suffit, pour les travaux de finition, de poser des plaques de plâtre afin d’accroître l’imperméabilité de la toiture.

Pour la réalisation des travaux, il faut poser entre les chevrons la première couche d’isolant comme pour l’isolation en simple couche. La seconde couche d’isolant doit se poser en latérale sur la première.

 

Comment isoler un toit sans enlever les tuiles

Il est généralement conseillé de retirer les tuiles. Cependant, vous n’êtes en rien obligé de le faire puisqu’il est possible de s’en passer. En effet, contrairement à l’isolation par l’extérieur (la méthode du sarking), l’isolation par l’intérieur ne nécessite pas que les tuiles soient enlevées. Très économique, il vous suffit d’installer sur le plancher des combles perdus des matelas d’isolation. Il est aussi possible d’opter pour l’installation d’un écran de sous toiture au-dessus des chevrons. Vous pouvez faire appel à un spécialiste pour la pose ou le faire vous-même.

Si toutefois vous souhaitez isoler votre maison par l’intérieur, notez que vous avez la possibilité de le faire en passant par-dessus vos tuiles. De manière simple, vous devez ajouter une deuxième couche sur votre ancienne toiture. Cette astuce est recommandée pour les personnes qui ne souhaitent pas retirer leur couverture bien qu’elle soit assez usée. L’avantage avec cette méthode est le fait que les tuiles qui seront utilisées pour la constitution de la nouvelle couverture sont légères. Ainsi, une fois posées, elles recouvrent l’isolant sans pour autant surcharger le toit, d’autant plus que les anciennes maisons sont équipées de charpentes peu résistantes.

 

 

Comment poser un frein vapeur ?

La pose de frein vapeur est indispensable si vous souhaitez bénéficier d’une isolation thermique performante. Sous sa forme de feuille légère et souple, c’est un élément qui, une fois placé, vous garantit une véritable étanchéité au niveau de la toiture. Il est recommandé de le poser avant la couche de l’isolant.

Bien que son installation soit relativement simple, il est primordial qu’elle soit faite selon certaines règles.

Le frein vapeur doit être placé sur le côté chaud du logement de la dernière couche d’isolant. Il doit avoir un SD supérieur à 18 m. De plus, il doit couvrir la totalité de l’enveloppe du bâtiment (toits, murs et planchers).

Pour la pose, les bandes de freins doivent être clouées ou agrafées sur les montants du logement après avoir été posées tendues. Il faut garder un intervalle de 15 cm entre chaque bande. De plus, il est important de garder un chevauchement de 10 cm entre les bandes juxtaposées. L’imperméabilité du chevauchement doit être garantie par un adhésif continu.

Enfin, vous devez faire le nécessaire pour que la pose soit sans marque et sans défaut de raccordement au niveau des liaisons avec les éléments traversants ou des angles (gaines, bouches d’aération, tubages).

 

Quel prix pour une isolation toiture ?

Le prix d’une isolation toiture dépend généralement de la méthode d’isolation utilisée pour l’installation et du matériau isolant. À cela s’ajoute la technique d’isolation (déroulage, pose, soufflage), l’accessibilité et la taille du chantier. Le tarif varie aussi d’une ville à une autre. La réalisation de ce type de travaux revient toujours plus coûteuse dans les grandes villes.

En règle générale, il est recommandé de prévoir pour l’isolation de votre toiture un budget compris entre 830 et 5410 € TTC. N’hésitez cependant pas à demander des devis auprès de plusieurs entreprises afin de faire une comparaison. Cela vous permettra de choisir l’offre adaptée.